Émancipation 17
Accueil du site > 200. Syndicalisme de lutte > Grève le 20 novembre

Grève le 20 novembre

se donner les moyens pour gagner !

jeudi 15 novembre 2007, par Emancipation 17

Disparition programmée du statut de fonctionnaire

22800 postes de fonctionnaires supprimés en 2008, dont la moitié dans l’Education Nationale, Sarkozy en a donné le détail le 19 septembre : suppression des concours de recrutement (sauf dans un premier temps dans l’Education Nationale) embauche des nouveaux personnels sur des contrats de droit privé, salaire au « mérite », c’est àdire àla tête du travailleur

L’Education Nationale et l’enseignement supérieur sont en voie de déstructuration

De la maternelle àl’université, le système éducatif est mis sous la tutelle des pouvoirs politiques et économiques locaux, facilitée par le renforcement du pouvoir des chefs d’établissements et des Présidents d’Université, qui deviennent des agents recruteurs et des managers, la création des EPEP et la réforme des Conseils d’Administration des Universités. L’enseignement spécialisé est gravement menacé. Les horaires scolaires seront réduits pour confier les élèves, durant le temps libéré, àdes animateurs contractuels et précaires. Les établissements privés, la plupart confessionnels, vont bénéficier de financements supplémentaires avec la mise en application de l’article 89 de la loi de décentralisation.

Les droits sociaux sont attaqués

Avec la suppression des régimes spéciaux de retraite, le gouvernement prétend faire acte de justice. Dès 2008, c’est-à-dire d’ici quelques mois, la durée de cotisation sera portée à41 annuités pour touTEs. En réalité ces mesures sont iniques. Elles ne tiennent compte ni de la pénibilité et de la dangerosité du travail, ni des entrées tardives dans la vie professionnelle. Le véritable objectif est de baisser les retraites pour tout le monde et de briser durablement le mouvement syndical. Selon un rapport récent de l’INSEE les plus pauvres se soignent moins que l’ensemble de la population et malgré cela, le gouvernement instaure les franchises médicales. Nos ministres, relayés par les grands médias, martèlent sans cesse qu’il n’y a plus d’argent pour les retraites et la santé alors que les plus- values boursières et les profits des grandes entreprises battent des records historiques. Il s’agit en fait d’ouvrir de nouvelles perspectives de profits pour les fonds de pension et les assurances privées. La fusion en cours de l’ANPE et de l’UNEDIC a pour objectif affiché de mieux contrôler les chômeurs par la maîtrise des sanctions et des radiations, et de permettre au MEDEF de s’approprier la gestion de la liste des demandeurs d’emploi.

Le pouvoir d’achat est en baisse

En 20 ans, le salaire moyen a augmenté de 15 %, alors que sur la même période 1987 - 2006 les prix ont augmenté de 45 %, selon les études de l’INSEE et du CERC. La question de l’augmentation des salaires est devenue cruciale pour tous les travailleurs, en particulier pour les salaires les plus modestes.

En même temps l’Etat distribue des milliards d’Euros de cadeaux fiscaux au patronat et aux riches.

Face àces attaques, il faut un mouvement social uni et déterminé !

Chacun sait bien que personne de gagnera sur rien dans des mobilisations limitées. La mobilisation des étudiants pour l’abrogation de la « L R U » commence àmonter, des universités sont bloquées. Dans les transports, après la grève massive du 18 octobre et le refus du gouvernement de répondre aux revendications sur les retraites, les cheminots sont en grève reconductible.

Dans notre secteur, pour l’avenir des services publics, pour un système éducatif réellement démocratique, pour les statuts et les salaires, il faut d’abord être massivement en grève le 20 novembre et s’organiser pour imposer un rapport de force durable.

Pour cela les directions syndicales doivent accepter l’organisation d’assemblées générales, de secteurs et interprofessionnelles, pour faire l’état des lieux des mobilisations et décider démocratiquement de la reconduction de la grève en fonction de la situation, comme le font les cheminots et les étudiants. Ainsi, par delàla multiplicité des secteurs en lutte, nous pourrons imposer la redistribution des richesses et les ponctions sur le capital qui seules peuvent permettre la satisfaction de l’ensemble des revendications.

Assemblée Générale àLa Rochelle à9 h, salle Amos Barbot

A La Rochelle : rassemblement et manifestation à10 h 30, place de l’Arsenal

A Saintes, à10 h 30 devant le Palais de justice

A Rochefort, à10 h 30 àla Poste

Contact : emancipation.17@wanadoo.fr

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0