Émancipation 17
Accueil du site > 200. Syndicalisme de lutte > Pour une FSU 17 vraiment au service des luttes !

Elections internes àla FSU 17

Pour une FSU 17 vraiment au service des luttes !

samedi 19 avril 2008, par Emancipation 17

La FSU 17 est une organisation syndicale de la Fonction Publique où la démocratie interne est structurée en tendances permettant àun groupe de soumettre àl’ensemble des syndiquéEs de la FSU son projet d’orientation. Dans ce cadre la tendance Emancipation de la FSU 17 propose au vote interne le texte d’orientation ci dessous, en opposition àla liste "unitaire" réunissant la direction sortante U & A - Ecole Emancipée.

Depuis ces deux dernières années le bilan syndical est lourd de régressions dans l’Education Nationale, dans l’ensemble de la Fonction Publique, et pour les droits sociaux (santé, retraites). Pour cette seule année 2007 – 2008 la liste est impressionnante :

• Attaque directe contre le droit de grève dans le Premier Degré • Fichage des élèves avec Base élèves • Suppression de la carte scolaire et mise en concurrence des établissements publics • Suppression de 22 800 postes de fonctionnaires, dont 11 200 dans l’Education Nationale, et dans l’Académie, pour le Secondaire, 150 postes supprimés àla rentrée 2007, et encore 150 nouvelles suppressions pour la rentrée 2008. • Suppressions de nombreux BEP, Bac Pros en 4 ans et de BTS, généralisation du Bac Pro en 3 ans, entraînant suppressions de postes et réduction des capacités d’accueil des lycées professionnels et technologiques • Autonomie et tutelle du patronat pour les universités avec la loi « Libertés et Responsabilités des Universités  » et aucune création de postes de BIATOSS ou d’E-C àl’ULR • Fusion de l’UNEDIC et de l’ANPE , avec pertes d’emplois et mobilité des personnels imposée • Blocage sur les salaires et le pouvoir d’achat • Attaques contre le droit àla santé (déremboursements de médicaments, franchise médicale) • Attaques contre la laïcité et la loi de 1905 (discours de Sarkozy au Vatican du 20 décembre, interview d’Alliot-Marie dans le journal La Croix du 25 janvier 2008).

Face àces agressions les travailleurs de l’ANPE et de l’UNEDIC ont fait grève deux fois, le 18 octobre et le 27 novembre, seuls. Les étudiants et lycéens se sont mobilisés également seuls contre la LRU. La lutte contre la réforme des régimes spéciaux est restée confinée aux personnels concernés. Alors que la responsabilité de la FSU était d’œuvrer àla convergence des luttes, elle a refusé d’appeler àla grève le 18 octobre. En pleine mobilisation des traminots, cheminots, étudiants et lycéens, les directions, aux niveaux national et départemental dans leur ensemble ont refusé de préparer la reconduction de la grève après le 20 novembre. Elles ont préféré une nouvelle journée de grève sans suite, le 24 janvier, quand les autres mobilisations étaient retombées, et maintenant il faudra peut-être attendre le 29 mars pour une nouvelle grève de 24 heures. Contre la réforme du bac pro les lycées professionnels et technologiques se mobilisent seuls, alors que c’est un enjeu pour tout le système éducatif. Avec la parution des rapports Gross, Pochard et Attali, et une hypothétique augmentation des salaires de 0,5 %, chacun peut mesurer aujourd’hui les résultats de cette orientation syndicale. Pourtant, les forts taux de grévistes ont montré une réelle combativité des collègues.

Dans ce contexte national la direction départementale U et A de la FSU 17 a eu sa part d’initiatives et donc de responsabilités. Elle a par exemple refusé d’appeler àla grève le 18 octobre, déposant un simple préavis, alors que la FSU 86 appelait àla grève. L’Ecole Emancipée, derrière un discours plus radical, participe aussi àcette direction et en cautionne l’orientation. Elle dirige le SNUIPP 17 qui a lui aussi refusé d’appeler àla grève le 18 octobre. Le bulletin départemental ne joue pas son rôle de fédération des mobilisations, qui demeurent isolées dans les établissements. La section départementale pourrait de plus porter au niveau national des mandats et motions de construction unitaire des luttes, dans la durée, pour gagner enfin, ce que l’Ecole Emancipée ne fait pas non plus, préférant voter de longs textes du secrétariat national qui n’engagent àrien.

Il y en a assez de se faire balader, tout au long de l’année scolaire, de journée de grève en journée de grève et d’aller ainsi de défaite en défaite. Car il n’y a pas de fatalité, de nouvelles perspectives peuvent se présenter et nous pouvons gagner, àcondition de nous en donner les moyens.

C’est cette volonté de lutte unitaire, interprofessionnelle et déterminée, que nous voulons porter dans la FSU 17 et qui passe aussi par des revendications offensives et unifiantes de transformation de l’école et de la société. Pour cela il est essentiel que nous soyons les plus nombreux possibles au CDFD 17, pour faire entendre la voix de celles et ceux qui veulent engager la lutte pour gagner.

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0